Transformation du lin

En Europe, le lin est cultivé en France, en Belgique et au Pays-Bas sous la coordination de la Confédération Européenne du Lin et du Chanvre (CELC) fondée dès 1951. Ces trois pays produisent plus de 80% de la production Mondiale de lin. Plusieurs acteurs interviennent dans la transformation du lin, tout commence par les liniculteurs qui se chargent de la première transformation lors du rouissage.

Le rouissage est l’étape qui consiste à laisser les tiges de lin au sol après les avoir arrachées 7 semaines après la floraison. Le lin est déposé au sol dans le champ durant tout le mois d’août, grâce à l’alternance de la pluie et du soleil ainsi que des micro-organismes présents dans le sol, le lin va rouir naturellement les fibres textiles vont se séparer de la partie ligneuse de la tige. Cette première étape de transformation exige des conditions climatiques adaptées pour avoir des fibres longues et de bonne qualité.

Une fois le rouissage terminé, les pailles de lin sont enroulées en balle pour être transporter au teillage. Cette transformation mécanique se fait dans des usines auprès des teilleurs regroupés en coopératives. Le teillage consiste à extraire les fibres contenues dans l’enveloppe externe de la tige (paille) pour pouvoir les exploiter et les séparer des bois (paille). Le bois recyclé est utilisé comme litière pour chevaux, comme combustible et à d’autres fins. Lors du teillage, l’on obtient des fibres longues (filasses) destinée principalement à l’industrie textile et les fibres courtes (étoupes) utilisées dans l’ameublement, la papeterie et les équipements de sport et loisir.

Les coopératives jouent un grand rôle dans la transformation de la plante en fibre de lin, elles assurent un approvisionnement régulier des fibres de lin de qualité grâce à leur savoir faire qui sont exporté, utilisé à des fins spécifiques ou envoyer en filature pour le textile. La filature est la transformation des fibres en fils, cette étape se fait soit à l’aide de bains d’eau chaude pour les fils fins soit à sec pour les fils plus rustiques. Une fois la filature terminée, le fil est envoyé tisseurs pour le tissage ou aux tricoteurs pour améliorer les techniques afin d’obtenir des mailles d’une grande finesse, souple et élastiques.

Le tissage des fils dépend de l’utilisation du tissu ou de l’emplacement du matériel fait à base de lin. Les fils sont entrecroisés un par un selon une technique bien définie fils de chaîne (longueur) et fils de trame (largeur). Et ensuite on obtient des tissus pur lin ou des mélanges.

La dernière étape de la transformation est ennoblissement, celle-ci consiste à donner aux tissus les propriétés recherchées sous forme de blanchissement, de teinture, ou d’assouplissement.

Les produits fabriqués à partir de la plante sont biodégradables et se recycle facilement lorsqu’ils ne sont pas mélangés avec d’autres composantes.