Commerce du lin

Le lin est une plante de la famille des Linaceae, cette plante regroupe près de 100 variétés rassemblées sous le nom de Linum usitatissimum. Parmi les variétés du lin nous avions le lin textile et le lin oléagineux qui sont cultivés en France. Le lin textile est cultivé pour ses fibres longues, et est caractérisé par une tige longue dont la taille varie entre 80 et 120 cm, sur cette variété on remarque des petites graines. Le lin oléagineux est cultivé pour ses graines qui sont plus ou moins grosses avec une longueur de tige qui varie entre 50 à 70 cm.

Le lin fibre ou lin textile est beaucoup cultivé en Europe, où repose 80% de la production mondiale notamment en France, en Belgique et aux Pays-Bas. La plus grande production Européenne est cultivée en France, essentiellement en Normandie, en Ile-de-France et dans les Hauts-de-France.

En France, le commerce et la production de lin fibre génère une importante activité économique. Secteurs prometteurs dont le pays est premiers producteurs mondial, ces dix dernières années les surfaces de lin cultivées en France ont progressé de plus de 100%, avec près de 250.000 hectares de terres cultivées. Un hectare produit en moyenne 1500kg de fibre, soit 4000 chemises en moyenne, une production qui est dû à une bonne alternance entre la pluie et le soleil, ce qui représente un climat propice à la pousse du lin.  La richesse de lin Français c’est aussi le savoir-faire des agriculteurs et teilleurs qui produisent des fibres de lin de qualité, qui donnent un rendu exceptionnel sur le textile et les autres produits dérivés du lin.

Le lin reste l’une des rares plantes ayant des caractéristiques remarquable et l’avantage d’être totalement commercialisé de ses graines jusqu’à l’ensemble de ses fibres, même ses déchets sont commercialisés. C’est ce qui attire les industriels du monde entier à venir acheter la fibre de lin française. La Chine est le plus grand acheteur du lin français qui achète plus de 80% de la production française, l’Inde, la Biélorussie, la Lituanie et l’Espagne sont également des clients réguliers du marché français. L’achat des fibres de lin se fait auprès des entreprises françaises spécialisées dans la vente des fibres de lin comme Norlin, qui est une société grossiste de fibre de lin. Ces sociétés quant à elle se fournissent des fibres auprès des teilleurs Français et Belges.

Avec plus d’une vingtaine d’entreprise de teillage, la plus grande partie de lin exportée depuis la France, est transformée à l’étranger puis renvoyée en France sous forme de tissus. Malgré cette grande production de fibre de lin, la France n’est pas à l’origine de la plus grande production de fil de lin, plus de 80% de fil et tissu de lin est importé. Le lin étant un produit d’avenir, la France se voit investir dans différents projets pour rehausser le taux de filature réalisé en France, ce qui serai une ouverture vers des nouveaux marchés et une augmentation du PIB du pays. Le but est de faire évoluer la vision du lin français, dans les années avenirs on ne parlera pas que de lin français mais aussi du tissu de lin made in France.

Le lin français est aussi très sollicité par des papeteries locales, qui utilisent les étoupes de lin pour fabriquer des papiers spéciaux de qualité ainsi que des papiers cigarette et des bibles.

La faible quantité de fibre de lin restant après importation est destiné à une transformation locale, en Bretagne et au Nord de la France plusieurs produits locaux sont confectionnés à base des fibres de lin, des sacs avec gros fils, des chaines pour décorations et des gobelets qui viennent innovés l’utilisation de lin.